Interview de Damien Castera, surfeur Into The Wild

J’ai découvert Damien Castera au travers de son superbe film “Shaa Tléin, la Grande Montagne”. Si tu ne l’as toujours pas vu, c’est tout simplement magnifique. Damien est parti en Alaska avec Laurent Gaden (photographe) et Rémi Quilichini (caméraman) avec pour seul leitmotiv l’aventure surf en solitaire et en pleine nature.

Se construire son propre campement pour s’abriter et dormir, pêcher les saumons du grand nord et les cuisiner pour tout simplement vivre, survivre même. Et entre toutes ces activités vitales, des sessions de surf avec comme fond des montagnes enneigées et une faune protégée. Une merveille je vous dis.

Damien Castera est l’archétype du surfeur comme je les kiffe et les respecte. Moi ce ne sont pas les Kelly Slater où autre Gabriel Medina qui me font rêver, ce sont les surfeurs comme Damien. Ces amoureux de voyages et d’aventures. Celles qui nous poussent dans nos plus profonds retranchements, nous obligeant à explorer notre âme intérieur. Celles qui nous obligent à commettre des erreurs et à nous remettre en question. Celles qui, au final, poussent notre esprit à l’évasion et aux plaisirs simples de notre existence.

damien casteraDans les récits de Damien on retrouve la façon de penser de grands auteurs-explorateurs comme Jack London, où même Chrsitopher McCandless, héros du film Into The Wild. Aujourd’hui, le « surfeur Robinson » comme certains médias l’ont appelé, se lance dans une nouvelle aventure avec son pote et snowboardeur pro Mathieu Crépel : Odiséa. En Mai et Juin, ils partiront en expédition au sommet du Ridge of Dream Icefield au Golfe d’Alaska en suivant la piste de l’eau et la fonte des neiges. Le but de l’aventure est de mettre en avant le rôle crucial de l’eau, au travers de rencontres et d’échanges avec les locaux. Une aventure extraordinaire qui fera l’objet d’un film de 52min, et qui nous fera voyager comme on pu le faire des oeuvres comme Les Vagabonds du Rail où l’Appel de la Forêt.

J’ai contacté Damien pour en savoir plus sur cette aventure, et il a, malgré un planning très chargé, accepté de répondre à mes questions.

Interview Damien Castera

Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Damien Castera, 31 ans, de Bayonne au Pays Basque. Ma première passion a d’abord été la chasse sous marine et la plongée que j’ai longtemps pratiqué avec mes parents avant de me mettre au surf vers 11 ans. Plutot que de rester cantonné à un seul univers, j’ai vite évolué vers différents supports de surf, du longboard au shortboard en passant par le twin, single, quatro, alaia. Je vis actuellement à Guethary.

Peux-tu nous expliquer l’aventure Odiséa ?

L’idée est simple : relier le sommet des montagnes d’Alaska à l’océan en suivant la piste de l’eau. Du flocon à la vague. Le but étant de vivre une odyssée sportive et humaine dans un environnement sauvage et de mettre en relief l’interdépendance des environnements.

Comment est née cette idée ?

A la suite de mon voyage en Alaska de 2013, j’ai passé pas mal de temps avec Mathieu Crepel. On souhaitait tous les deux orienter nos prochains trips vers quelque chose de plus nature, de plus aventureux. L’idée de joindre nos savoirs pour réaliser une expédition Mer et Montagne s’est tout de suite présentée.

Qui est la team qui va embarquer avec toi pour ce projet ?

Nous avons 2 cadreurs : William Touitou pour la réalisation et la mise en scène et Benjamin Nardini pour les images extrêmes. Jérôme Benadiner, notre régisseur, Greg Rabejac notre photographe et Anthony Lamiche, notre guide haute montagne.

Pourquoi avoir choisi le thème de l’eau comme fil conducteur ?

Pour un surfeur et un snowboardeur, le thème de l’eau était une évidence. Suivre son cheminement des montagnes à l’océan en passant par les rivières permettait une itinérance poétique à travers les paysages du Grand Nord.

Quel est le calendrier de cette nouvelle aventure ?

Le grand départ est prévu dans moins de deux semaines, le 8 Mai ! Le retour sera fin Juin. La première diffusion des images se fera aux alentours de fin octobre/novembre 2015.

Quels vont être les plus gros challenges de cette aventure ?

Je pense que le plus gros challenge sera de s’accorder aux aléas météo. Le timing est serré, on espère ne pas rester bloquer en montagne trop longtemps.

Quel matos tu embarques avec toi ? Quels types de planches ?

Je n’ai pas encore décidé mais je pense prendre un twin 5″8 shapé par Alain Minvielle. Je n’ai pas encore choisi ma 2eme planche. Pour le snow, nous aurons des split boards afin de pour grimper jusqu’au sommet des montagnes. Et bien sûr une combinaison 5mm.

Quels sponsors t’accompagnent pour Odiséa ?

Pour l’instant Nixon, Oneill, Quiksilver, Mundaka optic, blue tomato. On attend encore la réponse de quelques sponsors.

Tu sembles aimer les destinations froides (après « Shaa Tléin, la grande montagne »), des raisons particulières ?

La tranquillité et la force de la nature sont incomparables dans ces régions du monde.

On te définit un peu comme un « Robinson du surf », es-tu à l’aise avec cette appellation ?

J’ai toujours adoré les récits de robinsonnade, je ne vais donc pas m’en plaindre.

Des personnes à remercier en particulier ?

Franck Corbery, Remi Chaussemiche, Thierry Sebba, Alain Minvielle, et bien sûr toute l’équipe d’odisea qui se bouge à fond pour que ce projet se réalise !

Merci Damien pour tes réponses, et bon courage pour cette magnifique aventure ! En attendant voici le teaser de l’expédition, et vous pouvez le suivre sur son Facebook, celui d’Odiséa et de Mathieu Crépel.

Christopher McCandless a écrit « le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé », et on peut faire confiance à Damien pour nous le transmettre au travers de ses aventures…

http://www.youtube.com/watch?v=JYT10kWwhd4

1 Comment

  1. […] un autre surfeur comme je les kiffe, après Damien Castera, c’est au tour de Ronan Gladu de se livrer pour The Magic Wax. En fait Ronan c’est plus […]

Les commentaires sont clos.