Surf trip Bali : l’île des Dieux et des vagues mythiques

surftrip Bali Indonésie surf

Récit et photos d’un voyage extraordinaire aux allures de paradis pour surfeurs. Ce surf trip à Bali a été l’occasion de découvrir l’Indonésie, ses vagues mythiques comme Uluwatu et Padang Padang et bien sûr ses habitants, sa gastronomie et sa culture locale.

L’année a été riche en voyages et découvertes. Après la Guadeloupe en janvier où j’ai découvert les vagues de reef, je suis parti en septembre à Bali. Un goût certain pour les îles, les destinations tropicales et les eaux chaudes. Mais avant de pouvoir profiter de ce dépaysement total, la route est longue et les moyens de transports nombreux. Après 5h de voiture, 2h de train, 20h d’avion avec une escale par Bangkok, nous voilà arrivés à l’aéroport de Denpasar de Bali. Après une première négociation avec un taxi, nous nous dirigeons vers Kuta dans l’optique de trouver un hôtel non loin de la plage (Kuta Beach) pour passer notre première nuit. La ville est réputée pour ses beaux surf shops et ses soirées. Si comme moi vous n’avez pas fait 20h d’avion pour uniquement faire la fête et du shopping, une nuit à Kuta est largement suffisante. Ce n’est pas très beau, c’est très bruyant, pollué et votre étiquette de touriste collée sur le front attire de nombreux rabatteurs. Bref, on prend la première Bintang (bière locale) face aux vagues de Kuta Beach et du coucher de soleil, et ça c’est quand même sympa.

surf shop Kuta Bali

Surf trip Bali : l’aventure démarre

Le lendemain on loue un scooter pour nos 13 jours sur place. L’idée est de parcourir l’île avec notre sac à dos et de dormir dans des villes différentes. Prendre le temps de découvrir, d’explorer, de se perdre, de profiter. Je ne vous cache pas que les premières minutes de scooter sont mémorables. Vous roulez à gauche, sans trop savoir où aller, dans la frénésie des dizaines et dizaines de scooters locaux. Premier constat, visiblement ils ne s’emmerdent pas avec le code de la route à Bali…Direction le sud de l’île et la péninsule de Bukit.

L’Indonésie et ses vagues légendaires

Bukit c’est là où se trouve les spots de surf les plus mythiques : Uluwatu, Padang Padang, Dreamland, Impossible, Nyang-Nyang, Green Boll, Balangan…Justement, c’est vers cette dernière que nous nous dirigeons. Une vague réputée « plus facile » que ses voisines. L’endroit est magnifique, une eau bleue turquoise et des falaises plongeant dans l’océan Indien. J’arrive à marée basse, une belle gauche d’1m30 qui tube et casse sur le récif. Vous comprenez maintenant pourquoi j’ai mis des guillemets à « facile ».

On a prévu de passer qu’un jour sur Bukit et ma priorité reste de voir Uluwatu (sa vague et son temple) ainsi que Padang Padang. Pas le temps de niaiser et de surfer Balangan, direction l’extrémité sud de la péninsule. On arrive en fin de journée et on commence par le mythique spot de Padang Padang. Le lieu est à la hauteur (c’est le cas de le dire) de sa réputation. Il faut descendre la falaise grâce à un petit escalier (après avoir payé 2 000 roupies à des mamies qui tiennent le parking et braquent les touristes depuis plus de 50 ans sans doute). Vous passez alors dans un mini village où des commerçants vendent des produits Rip Curl sur le bord du chemin. Des surfeurs australiens aux cheveux blonds décolorés remontent visiblement rincés d’une bonne session. Vient alors le moment de descendre sur la plage grâce à une échelle en bois…Vous traversez ensuite une espèce de grotte pour arriver sur le sable et le fameux spot. Au large, les surfeurs profitent d’une vague parfaite, une gauche qui déroule, de plus d’1m80 sur certaines séries, et qui casse à fleur de récif. Ça envoie sévère et les mecs sont clairement pas là pour trier des noix de coco.

La nuit tombe tôt à Bali, et nous sommes obligés de reprendre la route pour arriver à Uluwatu avant les derrières lumières du jour. Après la visite du temple qui surplombe l’océan et qui est gardé par des singes voleurs de chaussures, on assiste au spectacle d’un beau coucher de soleil sur cette vague d’Uluwatu.

Le lendemain nous reprenons la route direction Canggu. Deux jours de surf dans une eau à 28° avec de belles droites qui déroulent lentement sur un reef facile. Il y a du monde à l’eau mais les vagues sont nombreuses et l’ambiance vraiment cool (beaucoup de débutants). L’occasion de tester un single fin loué pour à peine 3,50€ sur la plage. On profite aussi d’un poisson grillé sur la plage et de notre logement qui est juste incroyable. Une maison en bois de plus de 60 ans à l’architecture typique Indonésienne (Sumatra) dans un mini village peuplé de surfeurs et d’amateurs de yoga et healthy food.

surf trip bali balangan beach

surf trip bali padang padang

surf trip bali uluwatu

surf trip bali uluwatu

surf trip bali uluwatu

surf trip bali canggu

L’intérieur de l’île, à la découverte du Bali authentique

Après la découverte de la côte balinaise qui est magnifique mais aussi très touristique, il était temps de visiter le centre de l’île, ses campagnes et ses rizières. On prend donc la route d’Ubud. A Bali il ne faut pas trop compter sur les panneaux pour vous diriger. Ils aiment bien faire des petites blagues et ne plus mettre de panneaux à une intersection en pleine campagne. « Ça doit être tout droit ». Perdu c’était à droite. Heureusement, les balinais sont adorables et toujours prêt à vous aider. Malgré un anglais approximatif (beaucoup dans les campagnes ne comprennent pas l’anglais), le langage des signes et les sourires restent les meilleurs moyens de retrouver sa route.

Ubud est aussi très touristique, et après avoir visité la forêt des singes, c’est surtout dans les alentours que nous avons trouvé les plus beaux paysages. Rizières, temples, sources d’eau sacrée…Les rizières de Jatiluwih, classées au patrimoine mondial de l’Unesco, sont magnifiques et la difficulté pour s’y rendre en font un endroit préservé des touristes, très authentique et reposant. Si le soleil n’était pas au rendez-vous ce jour là, la brume au pied de la montagne dégageait une atmosphère mystique.

bali rizières Jatiluwih rice

bali rizières Ubud

ubud mokey forest forêt des singes

Amed et les îles Gili

Il est temps de reprendre la route pour rejoindre à nouveau la côte. Direction le Nord-Est de l’île pour visiter la région d’Amed, point de départ du bateau pour se rendre sur les îles Gili. Amed est réputé pour ses plages de sable noir et ses spots de plongée. C’est aussi malheureusement une des régions de Bali les plus pauvre. Le contraste entre ses habitants et les hôtels de luxe en bord de plage est assez déroutant. Voire gênant. Là encore l’accueil est vraiment chaleureux, des ados et des enfants nous souhaitent la bienvenue et nous demandent notre pays d’origine pour engager la conversation.

Si les paysages vallonnés d’Amed ne sont pas une mince affaire en scooter, la vue de ces montagnes vertes plonger dans l’océan est incroyable. Nous logeons dans la chambre rêvée de tous les amateurs d’océan. Niché en haut d’une falaise notre lit donne sur la mer, comme la terrasse en bois et son hamac.  Le toit étant ouvert sur l’extérieur, on entend littéralement les vagues la nuit…Merci AirBnB !

On termine notre voyage sur les îles Gili, qui font partie non pas de Bali mais de Lombok. Les îles Gili sont paradisiaques. Du sable blanc, de l’eau transparente et chaude (31°…), pas de moyens de transport à part des vélos et des calèches, des fonds sous marins riches et colorés…Il y a trois îles : Gili Trawagan qui est la plus touristique (essentiellement des fêtards), Gili Meno qui est la plus petite et la plus calme et Gili Air qui est la plus peuplée. Pour le surf, il y a un petit reef break à Trawagan et vous pouvez louer des boards sur la plage. La légende dit aussi qu’il y a une belle petite vague à Gili Air. Si vous aimez les îles « à la Robinson Crusoé », vous allez adorer Gili Meno, ses plages paradisiaques et désertiques, son rythme adeng-adeng et ses tortues.

Bali Amed

Bali Amed

surf trip iles gili

Gili Meno Lombok

Gili Meno Lombok

plongée bali amed iles gili

gplongée bali amed iles gili tortue

La culture balinaise

Leur gastronomie est simple mais savoureuse. Beaucoup de riz, de fruits et de légumes, ainsi que du poisson et du poulet. Dans les warungs vous pouvez manger local pour à peine 2-3€. Et que dire des balinais ? Je n’ai jamais vu une population sourire autant. Malgré des conditions de vie parfois précaires, les balinais semblent vraiment heureux de partager leur île et leur culture et ils le montrent chaleureusement à coups de grands sourires et de gestes amicaux. Sans parler des enfants qui viennent vous voir en criant « helloooo », tout content de mettre en pratique ce qu’ils ont appris à l’école. Un mode de vie très simple, tourné vers la religion, la tolérance, le respect des autres et le partage de ce qu’ils ont de plus précieux : la beauté de leur île…