Surf trip en Écosse avec les Lost in the Swell

Récit et photos de mon surf trip en Écosse avec les Lost in the Swell. Il y a quelques semaines, je suis parti en Écosse pour gérer le shooting vidéo de la dernière collection OXBOW. 

Pourquoi l’Écosse ? Car c’est le thème de la dernière collection automne hiver 2017 OXBOW. Pourquoi avec les Lost in the Swell ? Car les trois bretons sont tout simplement magiques et que le trip s’annonçait épique avant même de partir. Si vous ne connaissez pas les Lost in the Swell, rendez-vous sur leur chaîne Youtube, pour vivre leurs aventures. Ewen, Ronan, et Aurèl sont trois aventuriers qui partent explorer le monde à la recherche de vagues jamais surfées. Après les îles Salomon où ils ont cruisé avec un bateau éco-responsable, ils sont partis en fatbikes en Afrique de l’ouest pour un surf trip ultra wild (coucou les crocodiles, requins et autres éléphants). Le résultat est toujours le même : une série de vidéos très bien montées, avec de belles images de surf, de galères, d’aventures et beaucoup de rires. Car les trois larrons ne sont pas les derniers sur la déconnade…

On est donc parti tous les quatre au nord de l’Écosse, pour un surf trip dans le froid à la recherche de vagues vierges, de paysages sauvages et de whisky. On aura tout trouvé d’ailleurs. Pour explorer les côtes, on a loué un camping-car assez immense auprès d’un particulier. Après un temps d’adaptation à la conduite à gauche nous prenons la direction d’Ullapool. Petite ville portuaire de 1 300 âmes, Ullapool est surtout connu pour son ferry qui navigue vers les îles Hébrides. Car oui, on a décidé de sortir des sentiers battus et d’aller encore plus au nord, sur une île sauvage balayée par les vents et les houles de l’océan Atlantique et de la mer de Norvège. La traversée en ferry a d’ailleurs été assez mythique avec des creux de cinq mètres générés par l’ouragan Ophélia. Ferry qui avait été annulé la veille car conditions trop dangereuses…

Le camping-car c’est cool. On est libre de dormir où on veut, gratuitement, et c’est quand même plus confort que du camping. Par contre, entre les fringues à shooter, les planches et les boardbags, il y a du bordel partout ! Sans parler de la pluie et de la boue (RIP les tapis du camping-car) et de l’absence de chauffage à l’intérieur (on préfère garder la batterie pour le matos photos/vidéos). Pas une seule douche chaude en neuf jours de trip. Pas une seule douche tout court d’ailleurs, puisque la salle de bain du camping-car ressemble plus à un garage qu’à une chambre d’hôtel du Ritz…

Si l’automne donne de belles couleurs aux paysages de l’île, le vent est très froid. Même si on est tous les quatre habitués aux conditions rudes de la Bretagne l’hiver, le vent est glacial et il souffle à travers le camping-car. À l’eau la combinaison 5/4, les gants, chaussons et cagoules sont indispensables. Sur terre nous sommes équipés de parkas et autres gros manteaux. Mais ce temps froid et cette ambiance hivernale apportent aussi leur lot de belles surprises. Nous avons la chance d’observer une aurore boréale, que Ronan arrive à capturer.

L’expédition dans le froid démultiplie aussi la satisfaction que nous avons de surfer de nouveaux spots. Si les vagues ne sont pas à la hauteur de ce que nous espérions, à cause de l’ouragan Ophélia qui a repoussé toutes les houles de nord/nord ouest, le cadre de chaque spot est quant à lui magnifique. Les locaux sont peu nombreux et  heureux d’accueillir de nouveaux visages à l’accent bien français.

Quid de la gastronomie locale ? On ne va pas se mentir, on ne va pas en Écosse pour la qualité de sa bouffe. On a mangé le pire burger de notre vie… Par contre le fish and chips est bon, et la bonne nouvelle c’est le grand choix de bières locales toutes très bonnes.

Bref, un bon surf trip entre potes, que je conseille à tous les amoureux de grands espaces sauvages et à ceux qui n’ont pas peur de surfer en eau froide (ce n’est pas Bali !).

Quelques images du trip avec la vidéo OXBOW